École FRANÇAISE, milieu du XVIIIe siècle

Lot 20
15 000 - 20 000 €
Résultats avec frais
Résultat: 131 250 €

École FRANÇAISE, milieu du XVIIIe siècle

Les Lutteurs
Groupe en bronze à patine brun foncé.
Poinçonné deux fois au «C couronné», sur le pied d'un des lutteurs, et le deuxième sur la tranche de la base.
H. 38 cm - L. 40,5 cm - P. 25,3 cm
Socle en marbre noir.
A.F.

Provenance:
Collection Charles Marie Nicolas Aimé Éthis de Corny (1763 - 1829), fils de Louis
Dominique Éthis de Corny (1736-1790) et d'Anne de MANGEOT (1734-1778), très probablement hérité de son père.
Puis resté dans la famille par descendance.
Le bronze est une reprise du fameux groupe antique des Lutteurs, acquis par les Médicis à la fin du XVIe siècle et célébré dès sa découverte. Il est copié deux fois en marbre pour le roi Louis XIV, le premier pour Versailles, exécuté par Jean Cornu entre 1675 et 1679, le deuxième pour Marly, sculpté par Magnier entre 1684 et 1687. Le roi donne le ton.
Viennent ensuite des réductions en bronze telles que celle que nous présentons. Certaines fontes sont exécutées à la cire perdue comme l'exemple de la collection Yves Saint Laurent et Pierre Bergé, (Christie's Paris, 25 février 2009, n° 395, repr.). Notre bronze, parfaitement datable grâce au poinçon d'impôt au C couronné appliqué sur les bronzes d'ameublement entre 1745 et 1749, - période pendant laquelle Louis XV lève un nouvel impôt destiné à financer la guerre de succession d'Autriche, - a quant à lui été exécuté par le biais de la fonte au sable. Il donne une bonne mesure de l'excellence des fondeurs parisiens au milieu du XVIIIe siècle dont la production suit le goût et la demande de la haute société, passant de la simple production d'entrées de serrures et de chutes de bronze à celle de véritables bronzes d'art chéris pour eux-mêmes
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue